Publié le Laisser un commentaire

Culottées, de Pénélope Bagieu

Le coup de cœur lecture de cette semaine va à une BD retraçant les vies de 15 femmes incroyables, ayant servi d’une façon ou d’une autre la cause féministe ! Une volonté d’émancipation dès l’Antiquité, une envie d’assumer pleinement son corps et de défendre ses opinions à travers des batailles politiques… Autant de luttes différentes pour lesquelles toutes ces femmes se sont battues durant leur vie. En plus de nous apprendre plein de choses, cette BD est un régal pour les yeux !

Alors, culottée ?

Publié le Laisser un commentaire

C’est décidé, je pars en Inde !, de Clara Vialletelle

Comment ça, être Bollywood addict n’est pas une raison suffisante pour prendre son sac à dos et partir à la découverte de l’Inde ?

C’est décidé, je pars en Inde ! est une BD hybride, entre le récit de voyage, le guide touristique et le journal intime. Clara nous conte son voyage en Inde avec beaucoup d’humour, nous donne des conseils et partage avec nous son amour pour ce pays si différent et si intrigant. La personnalité pétillante de Clara donne un charme fou à cette BD. Et ses illustrations, colorées et vibrantes, sont un plaisir à voir et à revoir !

Publié le Laisser un commentaire

Pénis de table, de Cookie Kalkair

Pénis de table : un nom engageant pour une BD aussi fascinante que drôle en plus d’être instructive. Cookie Kalkair réunit autour de lui sept hommes aux orientations sexuelles différentes pour parler… de sexualité masculine. Plusieurs thèmes sont abordés comme l’orgasme, les fantasmes ou encore la performance. De « vrais » hommes abordent ces sujets sans tabou et nous livrent leurs expériences et leurs ressentis, le tout enrobé de beaucoup d’humour ! À travers cette BD, Cookie Kalkair souhaite répondre aux grandes interrogations autour de la sexualité qui ont marqué sa jeunesse et ainsi guider la nouvelle génération, qui a exactement les mêmes. Défi relevé, on attend le tome 2 pour d’autres questions autour de la sexualité masculine !

Publié le Laisser un commentaire

Déracinée, de Naomi Novik

Tous les dix ans, le Dragon, le sorcier et seigneur qui protège les habitants du maléfique Bois (une forêt sombre et douée d’une volonté propre), vient réclamer son tribut : une fille de 17 ans née entre octobre et novembre, et l’enferme avec lui pour une nouvelle décennie. L’héroïne, Agnieszka, est évidemment concernée par la menace mais ne se sent logiquement pas menacée directement car tout le monde sait que c’est sa meilleure amie, Kasia, qui va être choisie. Malheureusement pour elle, c’est elle qui va être sélectionnée et brusquement séparée de sa famille pour passer dix ans avec un homme mystérieux, inquiétant et peu agréable.

Ce qui est plaisant dans ce one shot, c’est qu’il est très dense en aventures et que l’univers, même s’il est simple, est bien construit. On a rapidement envie d’en savoir plus, comme Agnieszka, une simple paysanne plongée dans un monde familier dont elle ne connaît finalement rien. Pourquoi elle ? Comment s’échapper ? Survivre ? Et qui est le Dragon ? Qu’est-ce qu’est réellement le Bois ?

Publié le Laisser un commentaire

Einstein, le sexe et moi, d’Olivier Liron

Sur les réseaux sociaux, beaucoup le considèrent comme LE roman drôle de la rentrée littéraire, et pour cause ! Einstein, le sexe et moi d’Olivier Liron est plein d’autodérision. Olivier Liron est un autiste atteint du syndrome d’Asperger, il le dit dès la première phrase du premier chapitre. « Je suis autiste Asperger, ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. » Il a participé à Questions pour un champion jusqu’à devenir super champion. Dans ce roman, il alterne entre les questions de Julien Lepers et les souvenirs que ces questions lui évoquent. Des souvenirs d’enfance, d’adolescence ou de l’âge adulte. Des souvenirs parfois drôles, parfois anodins, parfois vraiment drôles et parfois durs (je vous laisse imaginer la difficulté de l’étape cruelle du collège quand on est Asperger dans les années 80). La force de cet auteur, c’est cette capacité qu’il a à dresser des portraits si justes. On découvre d’ailleurs Julien Lepers sous un autre angle ! Trois mots pour définir ce roman : « Einstein » pour l’intelligence, « le sexe » parce que l’auteur revient, toujours avec beaucoup d’humour, sur ses premiers émois et la difficulté engendrée par sa différence, « et moi » : Olivier Liron, au milieu de tout ça.

C’est un roman vraiment drôle, parfois très touchant, qui garantit un bon moment de lecture !