Récit fictionnel #15

L’amour de Tintin

Oscar venait d’achever à nouveau la lecture du Lotus bleu, un des albums de son enfance qu’il aimait rouvrir en temps de grave crise existentielle, ou tout simplement lorsque sa psyché tourmentée l’indisposait. Les aventures du reporter avaient toujours nourri des fantasmes chez ce jeune homme pas vraiment encore sorti de l’adolescence, et tout ce qu’il avait entrepris depuis des années avait le dessein dissimulé de le rapprocher des pays d’Orient visités par le héros de Hergé.

A douze ans, persuadé qu’il lui fallait avant toute entreprise adopter un compagnon de voyage, il avait insisté auprès de ses parents pour qu’ils aient un chien. C’était la première fois de sa vie qu’il faisait preuve d’obstination, et sa mère, peu habituée à des caprices de sa part, avait fini par céder face à l’insistant regard bleu pétrole de son fils.

Au lycée, il s’était pris de passion pour la géographie lorsqu’il avait réalisé que cette discipline pouvait étendre son monde jusqu’à ceux de Tintin. Et qu’un simple manuel lui déployait l’intégralité du planisphère – quand bien même la plupart des destinations auxquelles il rêvait ne figuraient pas dans le programme scolaire. Ainsi, cet engouement lui avait fait gravir les hauteurs des pyramides et pénétrer les profondeurs de l’Amazonie, marcher sur les scories de volcans et nager dans les littoraux équatoriaux colonisés par les madrépores et autres coraux exotiques, le tout sans quitter sa chambre. Mais, depuis qu’il était à l’université, des désirs plus profonds l’avaient saisi et, les images ne suffisant plus à calmer ses ardeurs, il commençait à faire des projets de voyage. Cette perspective le mettait dans un état de transe.