Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #15

L’amour de Tintin

Oscar venait d’achever à nouveau la lecture du Lotus bleu, un des albums de son enfance qu’il aimait rouvrir en temps de grave crise existentielle, ou tout simplement lorsque sa psyché tourmentée l’indisposait. Les aventures du reporter avaient toujours nourri des fantasmes chez ce jeune homme pas vraiment encore sorti de l’adolescence, et tout ce qu’il avait entrepris depuis des années avait le dessein dissimulé de le rapprocher des pays d’Orient visités par le héros de Hergé.

A douze ans, persuadé qu’il lui fallait avant toute entreprise adopter un compagnon de voyage, il avait insisté auprès de ses parents pour qu’ils aient un chien. C’était la première fois de sa vie qu’il faisait preuve d’obstination, et sa mère, peu habituée à des caprices de sa part, avait fini par céder face à l’insistant regard bleu pétrole de son fils.

Au lycée, il s’était pris de passion pour la géographie lorsqu’il avait réalisé que cette discipline pouvait étendre son monde jusqu’à ceux de Tintin. Et qu’un simple manuel lui déployait l’intégralité du planisphère – quand bien même la plupart des destinations auxquelles il rêvait ne figuraient pas dans le programme scolaire. Ainsi, cet engouement lui avait fait gravir les hauteurs des pyramides et pénétrer les profondeurs de l’Amazonie, marcher sur les scories de volcans et nager dans les littoraux équatoriaux colonisés par les madrépores et autres coraux exotiques, le tout sans quitter sa chambre. Mais, depuis qu’il était à l’université, des désirs plus profonds l’avaient saisi et, les images ne suffisant plus à calmer ses ardeurs, il commençait à faire des projets de voyage. Cette perspective le mettait dans un état de transe.

Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #14

Ayodhya, été 1971. Lys s’y était rendue avant de rentrer en France. Cette halte en Inde le soir de la fête des lumières clôturait son séjour en Orient. Les gens célébraient le retour d’un dieu en allumant de petites lampes à pétrole ; des flammes brillaient partout où elle posait les yeux. Toutes ces lueurs lui rappelaient autant de rencontres faites ici.

Six mois plus tôt, Lys rejoignait l’archipel indonésien pour y apprendre la danse balinaise. Elle avait été formée auprès d’un grand maître qui, un jour, lui présenta le masque qu’il avait porté lors d’un rituel hindouiste. Lys osa alors lui demander s’il avait déjà connu l’état de transe. « La réponse m’appartient », répondit-il. Face au regard confus de son élève, le maître reprit avec bienveillance : « Cette question ne se pose pas, sache-le. »

Ils étaient allés ensemble à Denpasar assister à une représentation. Jamais Lys n’avait été tant éblouie par la beauté d’une danseuse. On eût dit une déesse grecque. Même Psyché n’atteignait pas sa cheville ornée d’un bracelet en argent. Ses mouvements étaient d’une fluidité telle qu’elle ondulait jusqu’au bout de ses doigts sans accroc ni hésitation. Sans scorie, auraient dit ses anciens professeurs de théâtre.

C’est aussi là-bas qu’elle avait sympathisé avec un couple de biologistes anglais experts en végétation aquatique. « Ce voyage est l’occasion d’étudier de nouvelles espèces, notre littoral n’est pas bien riche en madrépores ! » Lys avait mis près d’un mois à trouver la traduction de ce mot, pour découvrir qu’il s’agissait en fait d’un corail !

Mais pour l’heure, elle préféra laisser ces pensées de côté afin de profiter pleinement de l’atmosphère chaleureuse de sa soirée.

Publié le Laisser un commentaire

Reine d’Égypte, de Chie Inudoh

Hatchepsout, jeune reine au caractère bien trempé, a dû épouser son demi-frère afin de lui donner le titre de pharaon. Mais notre héroïne refuse d’être relayée au second plan, estimant que son époux est incapable de diriger le royaume d’Égypte. Comment parviendra-t-elle à changer son destin et les mœurs de l’époque interdisant le pouvoir aux femmes ? Magnifique manga historique au dessin fin et étudié. Cette thématique reflète plus que jamais les enjeux de la place des femmes dans notre société contemporaine.

Publié le Laisser un commentaire

De bons présages, de Terry Pratchett et Neil Gaiman

Aziraphale et Rampa se connaissent depuis le jardin d’Eden. Et même s’ils ne sont pas du même camp, ils sont amis. Après avoir amené l’Antéchrist sur Terre, Rampa prévient Aziraphale et tous deux décident de lui apporter autant d’influence du Bien et du Mal pour que, quand vienne le temps de l’Apocalypse, le fils de Satan décide de ne pas détruire la Terre. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que l’Antéchrist n’est pas Abbadon comme ils le pensent, mais Adam. Les bonnes sœurs les ont malencontreusement échangés à la naissance. Aziraphale et Rampa s’en rendent compte le jour des onze ans des deux garçons quand le Molosse des Enfers n’arrivent pas chez Abbadon. Ils doivent donc se dépêcher de retrouver le vrai Antéchrist avant l’Apocalypse …

Publié le Laisser un commentaire

Jefferson, de Jean-Claude Mourlevat

Une histoire qui ne manque pas de piquant(s), c’est ce que nous promet ce livre ! Jefferson est un petit hérisson à la vie tranquille qui se retrouve accusé de meurtre. Pas le choix, il faut fuir et trouver le coupable ! Avec son ami Gilbert le cochon, ils partent aux pays des humains résoudre ce mystère et innocenter Jefferson. Suspens, action et muscles s’associent à solidarité, amitié et joie de vivre. Un roman pour les enfants, les plus petits comme les plus grands, à dévorer avec plaisir. Le bonus ? une très bonne morale sur nos relations avec les animaux …