Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #6

Le pas lourd, j’agite la fange. J’enjambe, je trébuche, je tombe presque. Chacun de mes pas a le poids de mille hommes. Mon esprit se promène sur les épaves flasques qui effleurent la surface. Je revois la lave couler sa rougeur le long de mon corps, de ma bouche. J’entends encore leur détresse agonisante. Je titube à grand peine dans la marre visqueuse. L’étendue carmin caresse mes mollets, lèche mes genoux, cuirassant mes jambes de plaques séchées. Les rides de l’onde se brisent pour me fuir. Me traînant dans ces eaux écarlates, cet agressif Pacifique où le fer a remplacé le sel, me revient l’image de mon âme que j’empoigne pour pénétrer leurs secrets, les ouvrir béatement, faire entrer la lumière. Je les vois se répandre entre mes doigts, s’abandonner en se tortillant. Leur odeur de charogne m’étourdit. La lumière m’observe toujours. Elle garde son regard cyclopéen braqué sur le scaphandre vide de ma carcasse. Une voix parle. Elle crie, elle exprime ma douleur. Elle décroche ma mâchoire, arrache ma gorge nouée de sanglots. Mes mains se tendent vers elle en vaine tentative de communion. La lumière répond. Son cri strident recouvre la voix. La lumière se déchire en flammes blanches. C’est un spectacle flamboyant, si flamboyant qu’il voile mes yeux. Je porte mes doigts à ces yeux éteints. Mes jambes se dérobent, mes articulations se disloquent. J’échoue à garder mon souffle avant que ma bouche ne s’emplisse du goût âcre de ceux que j’ai vaincus. Leur vengeance s’engouffre en moi. Il n’y a nulle grève où me raccrocher, mes genoux s’écorchent sur les coquillages blanchâtres de leurs os brisés. La lumière est partie. Mes yeux aveugles ne me voient pas sombrer. Et j’ai sur la langue ce goût d’océan.

Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #5

Kitty lança sa boule bas de casse sur le leporello ensorcelé. La boule d’énergie rapetissa le livre et le mit hors d’état de nuire. Dans le Monde des Livres régnait un livre maléfique. Issu d’un tirage de tête, ce grimoire de magie avait semé la pagaille. Il y a bien longtemps, un mage noir avait pénétré le Monde des Livres et jeté un sort sur les tirages de tête. Ces derniers étaient à son service pour faire régner la terreur. Cependant, les éditions originales non numérotées, les livres les plus puissants, défendirent leur pays et finirent par vaincre le mage. Un grimoire survécut. Terriblement affaibli,  Nécro s’était caché pendant des décennies pour retrouver ses forces pour un jour finir le dessein de son maître.

Kitty, une jeune fille ordinaire, avait trouvé un passage pour le Monde des Livres. Les ouvrages portails avaient le dos collé carré, cette caractéristique leur permettait d’ouvrir des portes vers leur monde. Elle s’était alors retrouvée au milieu du combat entre Nécro et les autres livres. Kitty était coincée dans ce pays et pour pouvoir en sortir il fallait vaincre Nécro qui avait bloqué toutes issues. Il avait rallié à sa cause les leporellos qui se battaient sans pitié. Grâce à un livre de magie défensive, Kitty parvenait à les combattre. La bataille était sans merci. Les livres se déchiraient de toutes parts. Kitty avait un grand avantage. Sa taille d’humaine la rendait invincible. Grâce à ça, elle parvint à attraper Nécro. Elle s’empara du grimoire qui se mit en feu à son contact pour lui faire lâcher prise. N’ayant pas d’autre choix que d’en finir, Kitty brava le feu et ouvrit le grimoire pour lui arracher sa belle page. Nécro, sans vie, partit en cendre, ne laissant dans les mains de Kitty que sa quatrième de couverture qui finit par se désintégrer.

Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #4

Le retour

Adèle inspira une dernière bouffée de sa cigarette puis, avec un soupir, se dirigea vers la maison. Elle n’aurait jamais pensé se retrouver ici, à nouveau. Mais en tant que fille unique elle avait dû s’occuper des funérailles. Depuis l’annonce de la nouvelle, elle se sentait vidée de toute énergie et, pour éviter de s’effondrer, elle devait se répéter la liste des tâches à faire dès son retour à Londres : « Rappeler Mr Owen, revoir la police des bas de casse, récupérer les impressions… »

Adèle résista à l’envie d’une énième cigarette et se dirigea vers la porte d’entrée. Le gravier crissait sous ses pieds et pour la Londonienne qu’elle était devenue, le bruit des oiseaux et du vent dans les arbres du jardin composait une douce mélodie qu’elle avait oubliée, celle de son enfance. Au moment de tourner la clef dans la serrure, la jeune femme hésita une seconde. Toutes les émotions qu’elle essayait de contenir depuis quelques jours menaçaient de surgir à l’ouverture de cette porte. Elle inspira profondément, tourna la clef, et sans réfléchir entra dans la maison. Il y régnait une atmosphère étrange, un peu figée. Sur la table de la cuisine, un bol et des couverts prenaient la poussière, un livre reposait ouvert sur le couvercle du piano. Tout indiquait que son père avait dû quitter cet endroit en catastrophe et pourtant, Adèle avait l’impression qu’il allait réapparaitre au détour d’une porte et lui sourire tendrement. Soudain une immense tristesse envahit son cœur, elle devait se rappeler que son père était décédé. Les larmes qu’elle retenait depuis ce matin se mirent à couler doucement. Elle aurait tant aimé le revoir une dernière fois, lui dire qu’elle regrettait d’être partie aussi loin et de l’avoir laissé derrière elle. Mais elle ne pouvait pas changer le passé, désormais elle devait vivre avec ce poids.

Mécaniquement ses pieds la menèrent vers le bureau de son père où l’absence de ce dernier se ressentait encore plus fort. Elle se revit, petite, assise sur ses genoux pendant qu’il essayait de lui expliquer comment obtenir un leporello. Son essai, même raté, était toujours exposé dans la bibliothèque paternelle. Elle avait toujours adoré cette bibliothèque comprenant des classiques de la littérature, des ouvrages plus rares comme ce tirage de tête de L’élégance du hérisson mais aussi les dernières nouveautés. En caressant le dos de tous ces livres, elle ne put s’empêcher d’énumérer les reliures : dos carré collé, Bradel… Soudain elle s’arrêta net, car son regard venait de tomber sur quelque chose qu’elle n’aurait pas pensé trouver ici. Et pourtant, en plein milieu d’une étagère trônait le seul ouvrage qu’elle n’ait jamais écrit. Émue, Adèle le prit dans ses mains et l’ouvrit. Là sur la première page, son père avait recopié une poésie et celle-ci se poursuivait sur la belle page. Ainsi il ne lui en voulait pas d’être partie si loin et de ne pas être revenue à temps. Elle referma le livre et esquissa un sourire en direction de son double qui l’observait depuis la quatrième de couverture.

Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #3

Quand Adélaïde entra dans la pièce, elle s’aperçut que tout était sens dessus dessous. L’imprimerie avait été vandalisée avec méthode. Elle se tourna vers la casse et constata que seuls les bas-de-casse étaient éparpillés au sol. L’intrus semblait avoir cherché une cache secrète. Elle fouilla quelques instants mais ne trouva rien. Sur le bureau elle vit qu’un leporello avait entièrement été déployé, certains passages du texte et quelques illustrations avaient été découpés. L’ouvrage vandalisé n’était pas n’importe lequel, un tirage de tête ni plus ni moins. Qui avait pu faire une telle chose ? Adélaïde n’en avait aucune idée, pourtant quelque chose la perturbait. Quelques jours auparavant, elle s’était rendue à une exposition et un inconnu l’avait questionnée sur les livres dont elle s’occupait. Étrangement, il l’avait interrogée sur celui qui se trouvait sur la table, qu’elle avait déniché chez un collectionneur. Elle se détourna pour inspecter la bibliothèque et constata que toutes les reliures en dos carré collé manquaient. Pourquoi seulement ces livres-là ? Elle les sonda un à un et remarqua que sur le dos d’un des livres y était incrustée une forme de clef. Elle sortit le livre de son emplacement pour inspecter la belle page mais elle avait été arrachée. Son dernier espoir résidait en la quatrième de couverture. Malheureusement celle-ci manquait aussi. Elle feuilleta le livre ; il était écrit dans une langue incompréhensible. Il avait dû être laissé ici par l’ancien propriétaire. Il y avait sûrement un lien entre ce livre et le leporello, Adélaïde devait connaître lequel.

Publié le Laisser un commentaire

Récit fictionnel #2

C’était un amour en bas de casse, elle le voulait discret, minuscule, invisible. Elle n’avait appris à aimer jusque-là qu’à travers les pages des livres. Lui ne lisait jamais. Il n’avait pas le temps. Il était Don Juan, aimait dérouler la liste de ses conquêtes sur un leporello invisible, dans des logorrhées prétentieuses. Il voulait être aimé, elle voulait l’aimer. Elle aimait rire et elle aimait lire. Mais il savait si bien la faire pleurer.

Lorsque cette histoire d’amour en accordéon se termina, la douleur fut immense pour elle. Elle n’avait jamais autant souffert, mais elle savait aussi qu’elle n’avait jamais vécu quelque chose d’aussi marquant et qu’il faut s’être cogné à la vie pour pouvoir ensuite écrire. C’est ainsi qu’elle pût, deux ans plus tard, publier son premier roman. Ce fut pour elle une aventure irréelle et ce n’est qu’une fois en possession du tirage de tête qu’elle prit conscience de cette réalité. Toute sa souffrance purgée et regroupée dans ces pages, comprimée dans ce dos carré collé. Alors maintenant, ce livre, elle l’ouvre. Elle veut se mettre à la place du lecteur, d’une personne quelconque, qui ne pourrait souffrir de cette histoire que par procuration. Elle l’ouvre. Sur la belle page, les premiers mots du chapitre la replongent dans cette douleur qu’elle pensait éteinte.
Cela fait plusieurs mois que le roman est en rayon et que la douleur a disparu. Elle s’est effacée petit à petit, s’est atténuée au fil des pages et la quatrième de couverture l’a définitivement étouffée.